Archives par étiquette : libres d’être

Lecture de Libres d’être à Epinal le 4 octobre 2016

« J’enrage ! J’enrage et je m’étrangle. Je n’aurais jamais cru ça possible en ce début de XXe siècle… Me faire insulter et traiter de catin pour être sortie sans foulard et chapeau sur la tête  ! »

Et moi, femme du XXIe siècle,  je vais essayer de ne pas m’étrangler à la lecture de « Paris 1909, et si ma maison brûle »... !
Parce que le 4 octobre prochain, ce sera une grande première pour moi…
Thomas Scotto, qui a écrit « De fibres entremêlées », a pris un peu d’avance, puisqu’il l’a déjà lu  en public à plusieurs reprises.
Mais nous n’avons pas encore lu ensemble ces deux textes qui forment le livre « Libres d’être ».maison-thomas

Le 4 octobre, à Epinal, nous les lirons donc à des lycéens d’abord, puis lors de la sortie officiel du livre,  avec les Editions du Pourquoi Pas ? à qui nous devons ce projet.
Ce sera à 18 h 30, à l’espace Cours, le long de la Moselle… (Entrée libre et gratuite).

Tout ceci dans le cadre d’une semaine organisée par la Ligue de l’enseignement des Vosges, pour fêter les 150 ans de Ligue de l’enseignement.
Cliquez ici pour imprimer le programme complet.

Espace Cours
Allée Marcel Mauss, le long de la Moselle
88000 Epinal
Tel :  03 29 63 64 64

Libres d’être
Deux textes en résonnance :
Thomas Scotto « De fibres entremêlées »
Cathy Ytak « Paris 1909, et si ma maison brûle ».
Images de Thomas Scotto.
Aux éditions du Pourquoi pas ?

Bande-annonce de Libres d’être

Libres d’être, une nouveauté en librairie !

Au début de l’aventure…

« Vous êtes nées filles.
A aucun moment de votre toute première seconde, je n’ai imaginé que ça pouvait être autre chose qu’un conviction d’égalité »…
Thomas Scotto cherche des mots pour dire… les femmes, les hommes… Les unes, les autres, ensemble, aujourd’hui.

« Mais est-il encore temps, pour nous,
de nous épargner la guerre ?
Celle qui couve en dehors, celle qui bout en dedans ?
[…] Et moi j’étouffe, j’étouffe, maudit corset, maudit siècle.
Je ne me mettrai pas à genoux ! »
J’y ajoute les colères d’une d’il y a un siècle (dans une fiction peut-être pas si éloignée de maintenant).

« Alors, peut-être est-ce vous qui avez raison.
De ne pas trembler, de ne pas douter d’une grande égalité à venir. Comme le calme sourit toujours à la douce heure. »
Thomas imagine alors un père s’adressant à ses filles devenues adultes (dans un fiction peut-être pas si éloignée de la réalité).

Deux textes enchâssés qui, au final, entrent en résonance.
Pour partager la singularité des unes et des uns… et la force des humains… Libres d’être.
Avec, pour portée musicale, soulignant les mots sans jamais les illustrer, Les images-collages de Thomas Scotto.

libresblog

Libres d’être
Thomas Scotto : De fibres entremêlées
Cathy Ytak : Paris 1909, et si ma maison brûle.
Images de Thomas Scotto.
Editions du Pourquoi Pas ?
(diffusion Serendip-livres)

La bande-annonce de Libres d’être