Prix Tatoulu 2019 pour « D’un trait de fusain »

C’est un très joli prix que je viens de recevoir pour « D’un trait de fusain ».
Le prix Tatoulu 2019, section « Tatou Noir ».

C’est la deuxième fois que je reçois un Tatou. La première, c’était pour « 50 minutes avec toi ».
Deux livres auxquels je tiens particulièrement.
Alors, c’est une vraie joie.
(photo du Tatou bientôt…)

Ils et elles sont tous et toutes là…

Ils et elles sont tous et toutes là…
Un texte que j’ai écrit après une rencontre autour de « Les mains dans la terre » :
Un groupe de femmes et d’hommes sont venus lire sur scène
des extrait de mon roman, dans le cadre du prix « Facile à lire » Époque-Salon du livre de Caen.
C’était le 17 mai 2019. Et quelle joie de cette photo avec eux !
Merci encore à toutes et tous !
Et merci Ariane, Remi, Ludovic, Laure… d’avoir rendu cette rencontre possible…

Ils et elles sont tous et toutes là
Ils et elles viennent de loin, ou bien reviennent de loin
Ils et elles sont sur scène
Avec leur fragilité et leur force
La conviction des mots
qu’ils lisent sans armures
à fleur de peau
Avec leurs accents, les modulations de leurs voix
Leur sincérité profonde
Leur certitude d’offrir au public quelque chose de beau
à partager.
Un à un, une à une
Ils et elles s’avancent au micro
Les phrases des «Mains dans la terre » se déroulent
et prennent sens
Ces mots s’adressent à toutes et tous.
Ceux d’une libération
Ceux d’être soi-même
Ceux qui disent qu’on a le droit d’être différent
dans une société qui accepte si peu la différence.
Ceux qui disent qu’on a le droit d’être heureux, aussi.
Ils et elles à cet instant me ressemblent
dans ce que j’ai en moi de fort et de fragile
de violent et de doux,
toute une vie tressée de différences invisibles.
Je les écoute, je les reçois
et je pense soudain à quelqu’un qui depuis des années
s’est absentée pour un ailleurs qui nous échappe.
Et si elle était là, sur cette scène…
Alors je les écoute, ces femmes et ces hommes, avec ce désir et ce chagrin mêlés, et leur joyeuse ferveur m’emporte.
Merci à toutes et tous pour l’émotion de ce moment-là.
Grâce à vous, je sais mieux aujourd’hui pourquoi j’écris et pour qui.
Cathy Ytak, 17 mai 2019.
©Photo Fabien Guitet.

 

Salon Epoque de Caen, du 14 au 19 mai 2019

Après la belle semaine passée avec Gilles Abier et Thomas Scotto à la médiathèque de Bordeaux-Mériadeck… C’est le salon de Caen qui s’annonce.
Avec un programme bien chargé.
Des rencontres scolaires en binôme avec Gilles, toute la semaine, une lecture au musée pour moi le mercredi… des rencontres et lectures le week-end, seule ou avec L’Atelier du Trio !
Et même une participation au Prix Epoque  !
Télécharger le programme complet du salon

 

L’Atelier du Trio s’installe à Bordeaux-Mériadeck

Après Saint-Malo, Montbazillac, Arcachon et Vannes,
l’Exposition de L’Atelier du Trio « 3 auteurs, 3 univers » (Gilles Abier, Thomas Scotto et moi-même) s’installe à la Médiathèque de Bordeaux-Mériadeck à partir du 9 mai 2019
Avec au programme, dans la semaine du 7 au 12 mai 2019 :


L’inauguration de l’Exposition « 3 auteurs, 3 univers » le jeudi 9 mai à 18 heures,
en présence de L’Atelier du Trio suivi d’une séance de dédicaces (avec La librairie « La zone du dehors »).
Une lecture publique de L’Atelier du Trio le vendredi 10 mai à 18 heures
de
« Va te changer » (pour ados à partir de 14 ans et adultes)
Une lecture publique de L’Atelier du Trio le samedi 11 mai à 15 h 30
de
« Grandir en lecture, 12 débuts d’histoires » (pour tout public à partir de 9 ans).Médiathèque Bordeaux-Mériadeck
85 Cours Maréchal Juin
33000 Bordeaux
T: 05 56 10 30 00

https://atelier-du-trio.net/

« Les vraies richesses », nouveau roman jeunesse !

Aujourd’hui 18 avril 2019, sort en librairie mon nouveau roman jeunesse, intitulé
« les vraies richesses »…
Nous sommes à la veille de la guerre de 1914. Louise, une gamine de passage dans le village de Picardie où vit Émile, fils de paysan, raconte qu’elle vit dans un palais, avec piscine et confort. Ce dernier ne la croit pas. Elle se dit fille d’ouvrier, et vivrait dans un palais ?
Mais Émile est troublé et décide de mener son enquête. Après bien des aventures, il va découvrir… une des plus belles utopies sociales réalisées : le Familistère de Guise, dans l’Aisne. Inventé et créé par JB Godin (les poêles Godin !), inspiré par le penseur Charles Fourier (les phalanstères)…
Godin s’était posé la question : qu’est-ce que la richesse ? Est-ce vraiment l’argent ?
Et si la richesse se trouvait aussi dans la santé, la culture, le respect des humains ?
Question qui entre curieusement en résonance avec l’actualité…
Il y a quelques jours brûlait Notre-Dame. Comme beaucoup, j’aimais ce monument pour sa beauté (pas pour ce qu’il représentait).
Les incendies sont terribles. Ils réduisent si vite tout à néant.
Y compris ce qu’on imagine immuable…
Mais à la tristesse se mêle désormais la colère.
Depuis des années on nous dit :
qu’il n’y a pas d’argent pour les hôpitaux, les urgences, les maternités.
qu’il n’y a pas d’argent pour la culture.
qu’il n’y a pas d’argent pour les migrants et les centres d’hébergement d’urgence…
La liste est longue, et ce n’est pas nouveau (et on sait bien que c’est faux).
Mais voilà qu’en quelques jours un milliard a été récolté pour restaurer Notre-Dame ?
Alors… faut-il retenir ça de notre histoire de France : pays qui, en 2019, est capable de récolter un milliard d’euros en quelques jours pour sauver une cathédrale, mais qui continue de laisser crever les gens dans la rue ?
Alors, oui « Les vraies richesses »…
Je suis contente qu’il sorte, ce petit roman jeunesse, et qu’il soit publié par les éditions Talents hauts.
Pour un monde que l’on voudrait tellement plus juste et plus beau…

Les vraies richesses
Roman jeunesse à partir de 9 ans
Editions Talents Hauts.
Couverture Marie Avril.